Connaître, préserver et valoriser le patrimoine historique,
géologique et archéologique du territoire
entre Ain, Saine et Lemme
Château de Chaux > Le château > Historique

Château de Chaux-des-Crotenay

Bref historique

En surplomb de I'église paroissiale, le château du début du XIXème siècle, s'élève sur une colline escarpée à 800 mètres d’altitude (à droite sur la carte postale ci-contre). Comme la majeure partie des châteaux, son rôle était double : d’une part assurer la protection de la population et d’autre part, contrôler l'axe routier vers Genève (la voie du sel).

Ce fut Simon de Commercy, seigneur de Montrivel, qui le fit construire à la fin du Xllème siècle, peu après I’édification de Château-Villain. Après 1419, la baronnie passa à la maison de Poupet originaire de Salins. C'est l’âge d'or du château, lieu de séjour de prédilection. L'un des membres les plus illustres de cette famille fut Charles de Poupet. Son père Guillaume était dejà receveur des Finances du duc de Bourgogne et maître d’hôtel de Charles le Téméraire. Charles, quant à lui, fut conseiller de la régence pendant la minorité de Charles-Quint, grand bailli d'Aval (c'est-à-dire l'équivalent de gouvemeur de la Comté), ambassadeur à Rome auprès du Saint Siège... ll se retira dans sa vieillesse en son château de la Chaux qu'il avait richement transformé jusqu'à sa mort en 1530. Le château était cité, non seulement comme une forteresse remarquable, mais aussi comme une demeure agréable et luxueuse. C’est aussi à cette époque que l’on remplaça la vieille chapelle castrale par l'église actuelle du village qu'il enrichit de sculptures et de statues encore présentes aujourd'hui.

Cette periode de paix et de prospérité prit fin avec la Guerre de Trente Ans pendant la première moitié du XVIIème siècle. Elle fut particulièrement terrible pour la Franche-Comté. En 1639 le château de La Chaux fut assiegé et occupé par les Français, les Allemands et les Suédois. ll fut repris quelques semaines plus tard par les Francs-Comtois du baron d'Arnans qui en fut nommé gouverneur. Avec le célèbre chef de partisans Lacuzon, ils harcelèrent sans relâche les envahisseurs qui mettaient à feu les montagnes environnantes. Le château eut à souffrir de cette occupation : une grande partie des livres de la bibliothèque fut brûlée pour  chauffer et l'habitation fut en grande partie deplanchée...!

En I674, les Français revinrent. cette fois pour de bon. Le château fut occupé par une garnison, puis démantelé en 1691 sous I'ordre de Louis XIV. L'intendant de la Franche-Comte réquisitionna pour cette entreprise douze ouvriers de Foncine-le-Haut. Quant à la seigneurie elle-même, elle périclita peu à peu. En 1724, elle fut rachetée par Jean-Baptiste Fremiot qui prit le titre de baron de la Chaux. Après sa mort, le domaine devint en 1778 la propriété de Jean-Baptiste Guérillot, ancien capitaine d'infanterie.

Aujourd’hui, et malgré les démantèlements, les vestiges évoquent une imposante construction féodale avec ses fossés, ses pans de murs dont quelques-uns sont de bel appareil, la base des tours d’angle, une voûte à demi effondrée qui nous révèle une salle voûtée et la base d'un imposant escalier.

Depuis 2009, un groupe de passionnés a rejoint l'association ArchéoJuraSites pour sortir le château de l’oubli. Les premières années ont surtout été consacrées aux travaux de débroussaillage. En 2011, l’archéologue Stéphane Guyot a procédé à des relevés topographiques qui ont permis d'entreprendre des fouilles autorisées par l'Etat (DRAC Franche-Comté) sur financement ArchéoJuraSites avec l’aide du Conseil Départemental du Jura. Les fouilles se sont déroulées régulièrement jusqu'à ce jour (2015) et devraient être poursuivies à l'avenir.

Complément documentaire

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu